Solution économique, bon pour la santé, sans CO2, bon pour le PIB


La moitié des trajets en France font moins de 5 km. La capacité d’investissement en infrastructure est limitée. Le vélo répond idéalement au besoin de déplacement de notre pays: *sur 5 km, en « porte à porte » le cycliste arrive premier; * le besoin en investissement est limité. J’ajoute dessous des arguments « annexes ». * Les centres-villes sont déjà remplis de voitures à l’arrêt, et engorgées de conducteurs, seuls dans leur vaste voiture, qui souhaitent trouver une place; une voiture électrique ne rendra pas l’espace urbain disponible aux piétons.

Les parking commerciaux périurbains s’étalent en grignotant les terres arables à proximité des populations. Cela contribue à agrandir les distances entre les lieux de vie, de production agricole, et de commerce. L’augmentation des distances réclame toujours plus d’énergie, et de temps perdu en déplacement. Les foyers deviennent aussi dépendants de leurs indispensables voitures. Le vélo contribue au contraire à mettre de la proximité entre les lieux de vie, de production agricole, et de commerce. * Économiquement, le vélo permet de réduire la dépendance de notre pays aux énergies fossiles, et limitent les importations. * Les batteries des voitures électriques voient leurs performances chuter nettement lorsque les températures sont basses.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *