Plan d’action pour la mobilité active


Le volet mobilité du projet de loi ne s’appuie que sur un chose: développer les voitures électriques, comme si celles-ci allaient résoudre les problèmes d’encombrement, d’utilisation de l’espace public, etc… Sans parler bien entendu du problème de la production électrique pour alimenter tout ça, et de la production et du recyclage des batteries. Alors que 50 % des déplacements en auto font moins de 5 km, pourquoi ce plan ne comporte rien pour le développement de l’usage du vélo ?

Toutes les études montrent que l’argent public investi dans la création de pistes cyclables rapporte le double ou le triple, grâce aux pollutions évitées et à l’amélioration de la santé générale (celle de ceux qui font du sport, et celle de ceux qui subissent moins de pollution). Un plan national volontariste de développement des déplacements à vélo (bien plus ambitieux que les mesurettes sans budget ou presque actuellement regroupées sous le nom «PAMA» pourrait apporter une contribution non négligeable à nos économies d’énergies, tout en améliorant la santé de nos concitoyens et en créant des emplois locaux. Le Danemark et la Hollande l’ont fait, la France y arrivera t-elle ?

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *