La mobilité active, une réel transition énergétique


Mettre radicalement l’accent sur les mobilités actives en ville. Il faut rompre la logique des transports individuels en véhicule motorisé et favoriser les interfaces mobilités actives (marche, cycles) transports en commun.

Pour cela seule une politique en défaveur du transport individuel motorisé couplée à une politique en FAVEUR de la mobilité active a une chance de réussir. Les bénéfices en sont largement connus sur la santé, le bien être, les dépenses, la qualité de l’air et du cadre de vie. Il s’agit d’une évidence qui devrait s’imposer mais qui se heurte au pouvoir des habitudes et peut être à un manque d’ambition de ceux qui pourraient changer les choses (mais qui ne pratiquent peut-être pas). Bravo à ceux qui se lanceront.

Post Scriptum: La voiture électrique n’est pas en rupture avec les logiques actuelles et nous laisse dans les mêmes ornières avec un peu moins de pétrole brûlé et un peu plus d’électricité consommée.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *