Financement des transports collectifs urbains


Les valeurs foncières et immobilières sont étroitement liées à la densité de services accessible en un temps donné, qui suit elle-même grosso modo la densité de population accessible. Cette densité accessible dépend étroitement de la qualité (vitesse, fréquence) des transports publics dans les territoires les plus denses. Une taxe (proportionnelle ou progressive) sur ces valeurs foncières et immobilières, calculées selon le prix du marché immobilier local, et non plus forfaitaires, pourrait à la fois réduire les inégalités analysées par Thomas Piketty et apporter une solution au financement des transports collectifs urbains, sans passer par l’écotaxe ou son succédané, lesquels ne sont plus en mesure de le faire.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *