Impasse idéologique des énergies renouvelables


La Cour des Comptes, Le CGSP et la Commission Européenne, ont constaté l’inefficacité du développement des énergies renouvelables en regard de l’objectif considéré prioritaire qu’est celui de la réduction des émissions de CO2.

Les objectifs des Etats dans ce domaine semblent, pour cette raison, devoir perdre leur caractère contraignant à brève échéance, si l’on croit le projet de cadre d’action européen 2020/2030 en la matière. La perte de compétitivité des entreprises en raison de l’impact du développement de ces énergies sur le prix de l’électricité a entraîné la dérogation permettant aux seuls ménages d’en supporter le surcoût. L’intermittence de ces énergies entraîne la nécessité de milliards d’euros de restructuration du réseau de transport.

Le gigantisme de ces sommes d’argent public, ne peut qu’attirer l’attention sur la responsabilité dans la crise que traverse l’Europe, de cette politique énergétique qui lui est contemporaine. De plus, les données même des services de l’Etat concernant les coûts et les emplois ont été épinglées par la Cour des Comptes qui juge que leurs sources « sont souvent croisées entre elles ou avec celles non validées des organisations professionnelles, ce qui multiplie les incertitudes et les risques de propagation des erreurs d’estimation.» Les éoliennes, enfin, violent les engagements sanitaires du Grenelle1 (art 37 et 42), puisqu’elles ne respectent même plus le code de santé publique sur le plan acoustique depuis l’arrêté 26/08/2011.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *