Favoriser toutes les énergies renouvelables en pénalisant les non renouvelables


Dans le problématique énergie/climat, on sait où est la racine du problème (le CO2 et les énergies fossiles pour les 3/4) mais on ne sait pas dire avec confiance quelle sera la ou les énergies d’avenir, ni leur répartition idéale sur le territoire.

Dans cette optique, il semble prioritaire d’avoir une action sur ce que l’on sait, c’est à dire qu’il faut diminuer les émissions de CO2 et la les énergies fossiles et donc mettre des contraintes sur ces énergies (par exemple quota, taxe, malus, etc.). Les mesures de soutiens à des énergies renouvelables, en particulier, souvent évoquées ou mises en place, me semblent risquées en cela qu’elles favorisent certaines énergies renouvelables et rarement toutes ou introduisent des biais entre elles (par des tarifs de rachat différenciés).

Avec ce genre de politiques, on prend le risque de ne pas miser sur la solution qui se révélerait optimale en incitant trop sur l’énergie A alors que l’énergie B serait plus pertinente. On risque aussi de décourager l’innovation car les énergies nouvelles qui pourraient être créées, n’existant pas encore, ne bénéficient pas de l’aide. Avec des politiques de contraintes sur les énergies fossiles et le CO2, on dissuade l’économie d’aller vers cela et on l’oblige à se reporter sur les alternatives qui seront les plus pertinentes économiquement et adaptées à la situation locale du porteur de projet.

C’est aussi un moyen d’avoir des recettes pour l’Etat, bien plus justifiées que dans d’autres domaines.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *