Faire cohabiter intelligemment éoliennes terrestres et intérêts touristique par une protection de la pollution visuelleistique


L’Unesco a protesté contre un projet de champ éolien derrière le Mont Saint Michel et cela se comprend. Je vais prendre l’exemple de la Baie de Somme grand site de France depuis un an. Cette baie attire de plus en plus de touristes, locaux , des grandes métropoles du Nord ( Bruxelles, Lille, Amsterdam, Londres) voire plus loin.

Si le projet de champ éolien off shore du tréport a été judicieusement repensé pour protéger justement le panorama e la baie, depuis 5 ans les « petits » champs éoliens terrestres se développent, et commencent à créer une pollution visuelle réelle ( chacun est acceptable, l’ensemble non) . Des projets sont en gestation a proximité immédiate de la zone Natura et de la zone du grand site qui créeront une pollution visuelle inacceptable ( cas du projet de Bourseville par exemple) .

Il faut donc penser à créer quelques règles de bon sens permettant de protéger visuellement les sites touristiques majeurs pour développer l’éolien sans léser notre patrimoine exceptionnel.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *