Ecologie et éoliennes qui nuisent à la santé


L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) retient le seuil de 30dBA comme celui à partir duquel des troubles sanitaires sont constatés, en cas d’exposition quotidienne. (Nightnoise guidelines for Europe, p108.) Elle relève même une augmentation des mouvements pendant le sommeil en dessous de ce seuil.

C’est aussi la valeur retenue par le code de santé public pour déterminer l’infraction. La moins bruyantes des éoliennes (104dBA pour 2MW) entraine, à elle seule, 39dBA à 500m. Comment, alors, la distance règlementaire de 500m d’éloignement des maisons peut elle avoir été retenue par l’arrêté du 26 aout 2011 ? Quelle autorité sanitaire aurait donc validé cette distance, puisque l’Académie de Médecine préconise 1500m et que l’Afsset, saisie de la question, reconnait des nuisances excessives à des distances de l’ordre du kilomètre (p.52). Il semble, de plus, que les calculs aient été effectués avec une éolienne Lw=101dB (p.69), correspondant au fonctionnement d’une éolienne (2MW) en mode bridé ?

Seule la dispense du code de santé publique résultant dans le même arrêté de l’élévation du seuil légal à 35dBA permet l’application scandaleuse de cette distance largement insuffisante. L’écologie punitive, c’est avant tout celle qui spolie du bien le plus précieux qu’est la santé. Les éoliennes sont de plus en plus hautes, afin de chercher du vent dans des régions où il n’y en a pas. Une distance d’éloignement des maisons de 10 fois leur hauteur semblent un strict minimum.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *