Acceptabilité sanitaire des règles d’implantation d’éoliennes


Les préconisations de 1500m minimum entre les éoliennes et les habitations de l’Académie de Médecine n’ont pas été retenues par l’Afsset qui considère, entre autre, que l’intérêt de cette mesure doit être « mis en balance avec le frein au développement qu’elle constitue ».

Le Ministère de la santé finlandais, qui préconise 2km estime que « Les acteurs du développement de l’énergie éolienne doivent comprendre qu’aucun objectif économique ou politique ne doit prévaloir sur le bien être et la santé des individus. » La France viole ses engagements sanitaires inscrits dans les articles 37 et 42 des lois Grenelle. Elle viole également le principe de précaution inscrit dans notre constitution et dont les récents amendements n’enlèvent rien de la force, puisque l’ANSES vient seulement d’entreprendre l’étude des impacts sanitaires des basses fréquences et infrasons éoliens dont de nombreuses études scientifiques et témoignages de riverains attestent de la réalité.

Les procès systématiques des riverains à chaque nouveau projet éolien témoignent d’une réelle inquiétude et non d’une passion subite pour la protection des chiroptères dont la législation est bien plus stricte que celle des riverains. Pour l’OMS la santé est « un état de complet bien-être physique, mental et social » et non une seule « absence de maladie ou d’infirmité. » La règle des 500m d’éloignement est incompatible avec cette notion, elle a même nécessité une dispense du code de santé public pour les éoliennes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *