Habitation en paille et en huile de coco


L’idée est de favoriser l’émergence d’entreprises d’écoconception utilisant et développant les végétaux comme matériaux de conception. Ces matériaux stockent les émissions de CO2.

La paille compressée est de plus en plus utilisée dans les nouveaux logements. L’utilisation des principes de thermochimie pourrait voir le jour. L »enthalpie de changement d’état (ou chaleur latente) permet de capter ou de produire de la chaleur lorsqu’un matériau change d’état due à une variation de la température ambiante.

Imaginez un mur en paille et huile de coco (point de fusion entre 20 et 28°C), lorsque la température de l’habitation se trouve en dessous du point de fusion alors l’huile se solidifie en générant de la chaleur ce qui fera monter la température de l’habitation et lorsqu’elle atteint le point de fusion alors l’huile devient liquide en absorbant de la chaleur ce qui fera descendre la température de l’habitation. Donc lors de cette transformation la température globale de l’habitation ne change pas, il y a juste un échange de chaleur positive ou négative.

Les fonds nécessaire pour développer cette idée viendrait d’une taxe supplémentaire sur les produits nutritionnels dont le rapport matière (poids du produit fini)/ressources (énergie et matière de production) reste très faible (exemple d’indices assez faible : viandes bovines, saumons… et d’indice assez fort : pomme de terre, soja, poulet…).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *