Une question d’aménagement du territoire et de mentalités, avant d’être une question d’innovation, de technologie et de compensations


Pour consommer autrement, il faut avant tout vivre et loger autrement. L’étalement urbain, le modèle pavillonnaire de la maison au milieu de sa parcelle, les lotissements déconnectés des centre-bourgs et des services (ainsi que des transports en commun), la tendance des zones commerciales ou d’activités où il faut forcément se rendre en voiture (ou tout du moins tout est fait pour privilégier la voiture)… et notre incapacité à vivre ensemble, à respecter la tranquillité d’autrui et l’incivisme sociétal sont les plus grands ennemis de modèles de consommation énergétique (et consommation tout court) durables.

Si on ne prend pas conscience de ça et que l’on ne change pas ça, quoi que l’état ou autres acteurs moraux ou encore les particuliers fassent, quelles que soient les innovations ou les apports de la technologie, rien ne changera vraiment ou les évolutions seront très très marginales. La question des transports (une fois réglée la question de la dépendance à la mobilité via un aménagement du territoire durable et somme toute « logique ») est également primordiale. Lutter contre le frêt routier, grand consommateur d’énergie et émetteur de polluants via des politiques publiques ambitieuses et efficaces.

Favoriser également le rapprochement des modes de production et de consommation, la mutualisation… Bonne chance à tous Ah, et vos thèmes sont très restrictifs. « Agir à la source du problème » n’est pas proposé, vous voulez soigner les symptômes au lieu de prévenir…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *