Un bon mix entre écologie et économie


La formulation d’un mix énergétique est intéressante tout en étant ambiguë. Favoriser l’éolien industriel terrestre, technologie intermittente, variable, et décorrélée de la demande, n’a pas de justifications scientifique et technique.

Il est dans les mains de promoteurs dont la priorité est un maximum de rentabilité par le biais de subventions. Ainsi, ces mêmes promoteurs n’ont pas d’état d’âme pour tirer profit de l’inculture et de la cupidité d’élus locaux, ceux qui vivent au rythme des échéances électorales. Un développement durable (permettre aux générations futures de répondre à leurs propres besoins) devrait promouvoir, en priorité, les économies d’énergie et de matières premières, et une économie circulaire. A ce titre, il est urgent que nos collectivités territoriales montrent l’exemple.

Rappelons que la France est exemplaire pour la maîtrise des émissions de gaz à effet de serre grâce à un choix énergétique plus que cinquantenaire. Certes, les centrales nucléaires peuvent être critiquées mais elles assurent une grande part de notre indépendance énergétique, et nous permettent d’exporter l’électricité et la technologie. Recherche et innovation dans le domaine du nucléaire devraient être soutenues.

Ayons confiance en nos chercheurs et ingénieurs ! Le stockage de l’électricité suscite un grand intérêt international. Il ne faudrait pas que la France passe à côté de cette compétition pour les technologies de demain. Pour conclure, pragmatisme vaut mieux qu’idéologie.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *