Retour de la fauche, pour donner du travail et entretenir les paysages


Jusqu’aux années 50-60, les montagnes (exemple : Cantal, Queyras…) étaient fauchées par des cohortes de faucheurs saisonniers, ce qui permettait l' »indépendance alimentaire » de l’élevage.

Aujourd’hui, on a des millions de chômeurs, on n’entretient plus la montagne, et on achète du soja aux américains du Nord ou du Sud (planté parfois au détriment de la forêt amazonienne) (pour faire court).

On ne peut donc rêver qu’à un retour de la fauche, pour donner du travail, entretenir les paysages, acheter moins de soja !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *