Le solaire, une solution alternative au thermique


Le craquage thermique dans un HTR n’est pas la seule solution. Peut-être bien que c’est viable aussi en solaire. Enfin, pour peu qu’on dépasse le stade de l’expérimentation de laboratoire, parce ça ne date pas d’aujourd’hui.

Pour ce qui est de la production du H2 à partir d’électricité éolienne, ça a éventuellement un sens pour utiliser des excédents de production (pendant le reste du temps, autant utiliser directement l’électricité, chargée dans des batteries pour les véhicules) => gros doutes sur la possibilité de produire beaucoup de H2 par ce moyen (oui, je sais, il y a des expériences ça et là, mais je ne parle pas d’alimenter une île isolée, plutôt des dizaines ou centaines de millions de véhicules, et pas à un prix équivalent à 10 fois le litre de super d’aujourd’hui). C’est juste de la physique : * électricité éolienne => H2 par électrolyse, rendement=50% * ensuite, H2 => électricité par PAC, rendement=50% soit 0.5*0.5=25% pour toute la chaîne alors que électricité => batterie => électricité, rendement=80-90%

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *