Investir rapidement en faveur de la limitation du réchauffement climatique


Plus on attend plus c’est cher Aujourd’hui, l’AIE chiffre à 44.000 milliards de dollars les investissements nécessaires d’ici à 2050 pour limiter le réchauffement climatique et développer les énergies « propres ». L’objectif, limiter le réchauffement de la planète à 2 degrés, ce qui aurait déjà des conséquences sur le climat.

En 2012, ce coût était estimé à 36.000 milliards de dollars. « Ces hausses reflètent partiellement ce que l’AIE dit depuis longtemps: plus on attend, plus la conversion de notre approvisionnement énergétique est cher » 115.000 milliards de dollars d’économies à terme Cela représente certes une somme importante à investir, mais, selon l’AIE, les coûts engagés seront plus que compensés sur le long terme par les économies réalisées en combustibles fossiles comme le pétrole ou le charbon.

Ainsi l’agence prévoit-elle quelque 115.000 milliards de dollars d’économies d’ici à 2015 aussi, contre 100.000 milliards de dollars estimés en 2012. La directrice générale de l’agence, qui représente les pays importateurs de pétrole, a d’ailleurs dénoncé « l’utilisation croissance du charbon au niveau mondial » qui, selon elle, « masque les progrès dans le déploiement des énergies renouvelables ».

La conclusion est simple : « il est temps de changer de cap ».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *