Le photovoltaïque en Allemagne


En Allemagne, le secteur de l’énergie solaire est en rébellion suite à l’annonce par le gouvernement d’une nouvelle baisse du prix de rachat de l’électricité d’origine photovoltaïque.

En effet, un projet de loi adopté par le Bundestag le 29 mars 2012 suscite la colère de la filière, déjà fragilisée par l’effondrement des prix et par l’émergence d’une forte concurrence asiatique.

Pour bien comprendre l’enjeu du débat, il faut savoir qu’en Allemagne l’énergie solaire est financée par les consommateurs, qui payent la différence entre le prix de rachat garanti aux propriétaires de panneaux solaires et le prix du marché, très inférieur.

Ce système actuel, cumulé à la chute du prix des panneaux solaires eux-mêmes, a entrainé une augmentation des installations de panneaux solaires dans le pays, augmentant ainsi le montant de la surtaxe des ménages.

L’objectif affiché de la réforme est d’éviter une promotion disproportionnée de l’énergie solaire, c’est-à-dire de diminuer les subventions allouées au développement du photovoltaïque en Allemagne. Pour ce faire, le gouvernement envisage de réduire assez brutalement le prix de rachat de l’énergie solaire. Cette baisse pourrait être de l’ordre de 20% à 29% selon les installations.

En outre, selon le projet de loi, si la production d’électricité solaire dépasse 1 Megawatt (MW), le producteur pourrait bénéficier du prix garanti que pour 80% ou 90% de sa production et non plus 100% comme aujourd’hui, ceci afin d’encourager la consommation personnelle au détriment de la revente seule.

Cette réforme est fortement critiquée par les fabricants allemands de cellules photovoltaïques, qui peinent déjà à survivre face à la concurrence asiatique. A titre d’exemple, le directeur de BSW Solar, Carsten Körnig, a indiqué que « ce qui est prévu, c’est ni plus ni moins qu’une loi d’abandon de l’énergie solaire ».

A la différence du Bundestag, le Conseil Fédéral, lors de la session du 11 mai 2012,  a voté contre le projet de loi du gouvernement.

En raison de la divergence entre les deux chambres, un comité de médiation a été mis en place.

Des négociations sont en cours à propos d’une possible révision du projet de loi, et notamment sur le prix de rachat de l’électricité solaire.

Face à la brutalité et à l’ampleur de la baisse que propose le projet de loi, il est assez facile de comprendre l’inquiétude des professionnels de la branche, et ce d’autant plus que le prix de rachat de l’énergie d’origine photovoltaïque avait déjà été réduit de 15% par le gouvernement en janvier 2012.

Source : Blog Le Figaro

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *